Les belges et les sans-papiers avaient été confinés à la même enseigne. Comble est de constater que nos enfants et nous-mêmes constituons toujours les angles morts de la gestion de la pandémie. Cela est inadmissible, ça ne peut plus durer.
Les sans-papiers n’arrivent plus à respirer, ils veulent aujourd’hui être déconfiner avec leurs droits.
Nos enfants qui souffrent en silence, déjà défavorisés, ont complètement perdu le contact avec l’école depuis le mois de mars. Dans les situations de vie qui sont les nôtres, les cours à distance sans matériel informatique, sans connexion étaient impossibles.
Le confinement a renforcé les inégalités scolaires et provoquera à coup sûr le décrochage de certains de nos enfants. Ici, nous vous disons que, la Scolarisation des enfants sans-papiers devrait être prise en compte comme facteur d’ancrage durable. Certaines de vos mesures manifestent davantage l’exclusion des sans-papiers ainsi celle des belges pauvres. L’usage obligatoire d’une carte de banque pour achat d’un titre de transport à la STIB est une aberration qui insulte des milliers de personnes. Cela est inadmissible dans un pays qui se dit de droit.


Madame Sophie Wilmès et Messieurs les membres du Conseil national de sécurité,

Aussi vrai que vous êtes des parents, nous vous demandons de déconfiner les droits de nos enfants.
Aussi vrai que vous luttez contre le Covid-19, il faut donc considérer tout le monde. Y compris nous les sans-papiers. La régularisation est une urgence sanitaire et sociale.
Aussi vrai que votre gouvernement veut lutter contre le racisme, et contre la montée de l’extrême droite, il faut donc nous régulariser. Sinon que vous n’avez qu’à vous associer à ceux qui l’incarnent.
Aussi vrai que vous voulez lutter contre la fraude sociale, il faut nous régulariser.
Nous allons travailler en toute dignité. Nous avons soif de participer à la sécurité sociale.
Nous voulons participer ensemble aux côtés des belges à la relance de l’économie.


Madame Sophie Wilmès, Messieurs les membres du Conseil national de sécurité, il vous revient de tout faire pour nous intégrer dans l’Etat de droit, afin de réduire les inégalités qui ne font que s’accentuer dans ce pays. Il vous revient de décider de la régularisation des sans papiers afin de couper l’herbe sous les pieds de l’extrême droite qui se nourri de la haine et de l’exclusion.

Communique de presse


Le Comité des Femmes Sans-Papiers

Infos pratiques

Envoyez un mail à:
coordinationsanspapiersbruxelles à riseup.net

Ou par fessebouc:
facebook

Ou via les porte-paroles:
Serge 0493291974
Mamadou 0493995444

2014-2017 copyright sanspapiers.be